« Retour en arrière
 

La plus petite grenouille au monde

C’est avec un 7,7 millimètres de grandeur que le plus petit animal du monde, appartenant au groupe des vertébrés, a été découvert en Nouvelle-Guinée.

Cette grenouille de 7,7 millimètres (taille moyenne de la grenouille) a été découverte par des biologistes américains.

7,7 millimètre de longueur

Petite grenouille au grand nom et au grand record

Paedophryne amauensis, détrône le poisson d’Indonésie, Paedocypris progenetica, qui était jusqu’alors considéré comme le plus petit vertébré du monde avec une taille moyenne d’un peu plus de 8 millimètres et de 10 millimètres au maximum.

Chris Austin, conservateur du département d‘herpétologie (étude des reptiles et des batraciens) du musée d’histoire naturelle de Louisiane et professeur de biologie, a fait cette découverte avec d’autres chercheurs lors d’une expédition de trois mois en Nouvelle-Guinée, la plus étendue et la plus élevée des îles tropicales.

«Cela n’a pas été facile de repérer cette grenouille étant donné sa taille réduite et aussi le fait que le mâle a un cri d’insecte durant la période des amours», explique Chris Austin, principal auteur de l’étude publiée dans la revue américaine PLoS ONE datée du 11 janvier.

«Mais cette découverte est formidable», ajoute-t-il, soulignant que «la Nouvelle-Guinée est un haut lieu de la biodiversité et tout ce que nous y découvrons fait avancer notre compréhension générale de la manière dont est générée et maintenue la biodiversité».

Les océans ne sont plus les extrêmes des vertébrés

En moyenne la baleine bleue qui mesure  25 mètres, est le plus grand animal parmi plus de 60 000 espèces de vertébrés connues à ce jour.

La majorité des biologistes pensaient que le plus petit et le plus gros être vivant, appartenant au groupe des vertébrés,  vivaient dans les océans. Les milieux aquatiques semblaient être le biotope parfait pour y trouver ces espèces extrêmes.

Cette hypothèse a été remise en question avec la découverte de ces grenouilles minuscules qui vivent sur la terre ferme.

«Nous pensons que ces créatures ne sont pas une bizarrerie biologique mais qu’elles appartiennent à une famille écologique jusqu’alors inconnue, car elles occupent un créneau d’habitat que nul autre vertébré n’habite», explique Chris Austin.

Voilà une autres espèces qui figurera parmi les découvertes 2012, vous vous souvenez surement qu’en 2011 les scientifiques avaient découvert plus de 18 000 nouvelles espèces.

Cette recherche a été financée par la «National Science Foundation» américaine.

 

Publié le 26 janvier 2012

Source Euronews


« Retour en arrière

Questions ou commentaires

Laissez un commentaire ou poser une question

Facebook Twitter More...