« Retour en arrière
 

Du chien dans votre assiette ?

Manger le meilleur ami de l’homme !

Est-ce du cannibalisme ?

Des militants pékinois pour les droits et la défence des animaux ont été confrontés à un grand dilemme. Alors qu’ils tentaient de sauver la vie de quelques 500 chiens en route pour l’abattage,  Le militants se sont retrouvés impuissants et désemparés en constatant que la loi n’était pas de leur côté. Le drame a débuté samedi, le 16 avril 2011, lorsqu’un camion cargo transportant des chiens a été intercepté par un activiste sur un autoroute près de Pékin. Des centaines de militants pour les droits des animaux sont alors afflués autour du camion et de sa cargaison vivante, stupéfaits et furieux à la vue d’une scène qui côtoyait la cruauté.

Pour voir d’autres images de ces chiens qui ne finiront pas dans une assiette

Les chiens apeurés hésitent à descendre du camion dans lequel ils ont été transportés jusqu’au centre sanitaire animalier de l’Association Chinoise pour la Protection des Animaux Domestiques de Beijing, le 16 avril 2011. [Photo/CFP]


34 $ par chien pour la liberté

Des centaines de chiens entassés dans des cages rouillées et souillées,  certains chiens au bord de la mort,  leur corps ayant des signes de maltraitance, de maladies ont été découverts dans le camion. La plupart d’entre eux gémissaient et grognaient tellement ils étaient assoiffés et sous alimentés, ont expliqué certains activistes horrifiés de la scène. Les militants pékinois, déterminés à sauver ces chiens coute que coute, ont alors décidés de prendre le camion en otage.

Lorsque la police s’est présentée, les militants ont appris à leur plus grande surprise que leur acte de blocus et de manifestation n’était pas conforme à la loi, alors que le conducteur du camion détenait « tous les documents nécessaires de quarantaine et de transport » en sa possession. Après un pour parlé d’une quinzaine d’heures, les activistes ont finalement décidé d’acheter les chiens pour la somme de 110000 yuans (17 000 $) soit 34 $ par chien.

Tués, découpés, cuits et servis dans les restaurants

Ces chiens ont eu beaucoup de chance. Mais des milliers d’autres chiens risquent de connaître le même sort si on ne prête pas plus attention à eux : ils seront tués, découpés, cuits et servis dans les restaurants du pays.

Les points de vue restent très partagés sur cette question en Chine. En effet, il n’a jamais été facile dans ce pays de lutter en faveur des droits des animaux, alors que des millions de personnes vivent encore dans la précarité et que certains de leurs droits, a eux, sont encore bafoués.

Aucune loi régissant la protection des droits des animaux n’existe en Chine, contrairement à des centaines de pays. Les défenseurs des animaux se sont donc retrouvés engagés dans une bataille difficile, caractérisée par la méconnaissance, l’incompréhension, la moquerie et parfois même la violence de la partie adverse.

En Chine, la pratique veut que l’on serve non seulement du chien mais aussi du chat dans les assiettes ainsi que « tout ce qui est doté de quatre pattes, sauf la table, et de tout ce qui peut voler à l’exception des avions », comme le dit le proverbe. L’empire du milieu est avant tout populaire pour sa culture culinaire, un pays où les convives ne voient aucune limite à la satisfaction de leurs plaisirs gustatifs. Finalement, d’un point de vue moral, certains feraient valoir que celui qui mange de la viande de chien est-il plus ‘méchant’ que celui qui consomme du poulet, de la dinde, du bœuf, du porc, du mouton, ou encore, des baleines ?

Il existe en effet des contraintes culturelles et juridiques qui sont encore profondément ancrées dans le système chinois, et il est quasiment impossible de mettre fin à la maltraitance des animaux et des chiens en particulier à ce stade de l’histoire dans le pays. C’est pourquoi tous les jours, des animaux se font massacrer en toute impunité dans les abattoirs situés un peu partout en Chine.

Les chiens pour certain en mauvaise état ont été récupéré par des gens aimant [Photo/AFP]


Des lois mais peut-être pas pour les bonnes raisons,

l’image est primordiale !

Nous devons tout de même agir, et une loi à cet égard doit voir le jour, non seulement pour les animaux, mais pour l’amour et l’image de notre cher pays (citation du China Daily). Faisons face à la réalité: les chiens et les chats sont plus souvent traités comme des animaux de compagnie fidèles que comme de la nourriture dans la plupart des régions du monde.

En dépit de tous les arguments culinaires, culturelles et juridiques, le fait de manger ces animaux de compagnies est souvent considéré comme une offense répugnante dans la majorité des grandes civilisations. Cette pratique est parfois même associée à du cannibalisme.

Ainsi, tout porte à croire que si la Chine adopte prochainement une loi interdisant la maltraitance sur les chiens et les autres animaux de petite taille, son image à l’internationale pourrait s’en trouver largement embellie.

Publié le 23 avril 2011

Source: China Daily


« Retour en arrière

Questions ou commentaires

Laissez un commentaire ou poser une question

Facebook Twitter More...